La Russie

La Russie, une idée de voyage pour l’année prochaine

Un pote vient de me raconter son petit trip en Russie et au vu de ce qu’il a vécu et des photos qu’il m’a montrées, j’ai vraiment envie de faire comme lui. Du coup, je me suis renseignée sur le net et finalement, ça me tente de plus en plus.

Comment doit-on s’y prendre ?

Il est clair qu’au début de son récit je me suis demandé ce qu’il était allé faire dans ce pays pas forcément très attirant si on s’en tient aux journaux. Sans s’intéresser de près à la politique, on a forcément entendu parler d’un certain Poutine ou de la mafia russe et des températures glaciales en hiver.

Quand je pense vacances, la Russie ne vient pas tout de suite à l’esprit, soyons honnête… Mais d’après Fredo, de son petit nom (c’est juste un pote hein, relation on ne peut plus platonique), il ne faut pas croire tout ce qu’il se dit sur la Russie. Sur place, la réalité est bien différente.

Apparemment, en faisant des recherches sur le site du Ministère des Affaires étrangères, j’ai pu lire que l’insécurité du début des années 2000 a beaucoup diminué ces dernières années. Dans ce domaine, le pays est comparable à la moyenne des pays européens.

Sur le climat, bon là, il m’a avoué qu’en hiver ou à la fin de l’automne ça caillait sévère, mais bon, j’imagine que si je vais en Russie, c’est pas pour me dorer la pilule comme à Copacabana.

Fredo m’a quand même mis en garde sur un point, le visa. On peut l’obtenir via le consulat de Russie, à Paris, et aussi à Lyon, me semble-t-il, mais ce n’est pas vraiment la méthode recommandée. Pour son voyage en Russie, il a demandé à son agence de faire les démarches à sa place. C’est beaucoup moins hasardeux, même si au final, ça revient un petit peu chéro, plus de 100 € si le voyagiste n’est pas trop gourmand.

Il m’a aussi déconseillé de partir à l’arrache en sac à dos et guide du Routard comme seule boussole. C’est quand même plus safe de s’appuyer sur une agence spécialisée vu que ça reste quand même un pays immense avec très peu d’habitants au kilomètre carré en dehors des grandes villes. Si on se retrouve paumé en rase campagne, on est vraiment dans le caca.

Qu’il y a-t-il à voir ?

Les photos que mon pote a prises pendant son séjour m’ont vraiment fait envie. Je ne pensais pas que ce pays pouvait être si semblable, mais en même temps si différent de chez nous. C’est un peu bizarre comme sensation. Un peu comme de la famille éloignée qu’on aurait perdue de vue depuis des lustres. Des jeunes qui souhaitent vivre à l’occidentale côtoyant des vieilles dames de l’époque soviétique. Ça m’a vraiment intrigué.

D’autant que l’architecture de la capitale, Moscou, est vraiment originale. Les bâtiments aux fameux toits en forme de bulbe doré comme le Kremlin. Il m’a montré bien d’autres endroits, mais il y en avait tellement que j’ai complètement oublié le nom. Mais ça me semblait presque féerique, un peu comme un parc d’attractions Disneyland, sauf que c’est du réel.

Fredo a aussi passé quelques jours à Saint-Pétersbourg, l’autre grande ville du pays avec un grand nombre de palais et de musée. L’Ermitage en premier lieu, le palais d’hiver des Tsars. Pareil, toutes les photos étaient splendides et j’ai presque eu envie de lui demander qu’on y aille ensemble afin qu’il me serve de guide. Mais je me suis finalement retenue. Il pourrait mal interpréter ce genre de demande.

Enfin bref, va falloir que je mette des sous de côté si je veux me payer un voyage là-bas, parce qu’il m’a dit que ce n’était pas vraiment donné, même si ça en valait vraiment la peine. On n’a qu’une vie de toute manière. Et il est toujours célibataire Fredo…

Carpe diem.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *