Le pont rouge dans le jardin japonais

Visite du jardin Japonais à Compans Caffarelli (Toulouse)

Cet été, avec mon chérie, nous sommes allés au Jardin Japonais à Toulouse, au beau milieu d’un grand parc pas loin de la grande route qui fait le tour de la ville rose.

Pas plus envie que cela d’y aller

Avec un petit sentiment d’appréhension nous avons fait le trajet jusqu’à là bas, en utilisant le plus de moyens de transport en commun ou à pied tout simplement. Une fois arrivés devant le parc, première impression, le parfum des tilleuls, comme à la maison… Ensuite, devant notre nez, des bribes de potager, quelques plants de tomate, d’aubergine et de courge et de petits œillets d’Inde. Mais, ce potager là, n’arrive même pas la cheville de notre potager en permaculture bien évidemment. On ne peut pas tous être des as du jardinage (mode je me la pète OFF).

Après avoir traversé ce parc, nous sommes arrivés devant l’entrée du Jardin Japonais, entourés de Bambou, verts, nains et noirs. Des plantes japonaises un peu partout au beau milieu, une mare avec des gros poisons dedans et des tortues… Au bord de cette mare, il y avait ce fameux pont rouge, typique des jardins japonais, et une pagode en bois aussi, au bord de l’eau sur des piliers. Un endroit parfait pour méditer et être au calme.

Lire aussi : New-York, cette ville qui me manque

Une expérience reposante et zen

Pas loin de cette construction, il y avait aussi une statue du maître, le maître zen. Du coup, mon homme s’est assis à côté et il a pris la pause, je n’ai pas pris de photo, mais il y ressemblait comme deux gouttes d’eau, ce fût un excellent moment. Même un jeune homme nous a fait la remarque d’ailleurs.

Mise à part ça, il y avait beaucoup de plantes qui nous intéressaient et ce fut finalement, même si nous n’étions pas très motivés, une excellente escapade aoûtienne que je conseille à tous ceux qui passent par Toulouse. Etant donné que nous n’étions venus que pour une journée, je n’aurai pas d’autres visites ou anecdotes à vous raconter sur la ville rose. Vous inquiétez pas, j’en ai plein sur d’autres villes et pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *