Suivre la tendance de l’autoconsommation



Je suis tombée aujourd’hui sur un chiffre assez incroyable. Il se trouve qu’en France en 2010, l’autoconsommation représentait une puissance de 1 MW… Contre 283 aujourd’hui ! Face à cette augmentation impressionnante en l’espace de dix ans, je me suis demandé quelles étaient mes options pour rejoindre la mouvance. Après tout, créer sa propre énergie et en plus être écolo, c’est plus que tentant.

Quelles sont mes options ?

L’autoconsommation parait un peu la solution idéale pour alimenter sa maison en circuit court. Les énergies renouvelables ne s’épuisent jamais et si l’on produit trop d’énergie, on peut même la revendre à un fournisseur. On peut aussi la stocker dans une batterie pour les jours où le vent, ou le soleil, ne sont pas au rendez-vous.

En France, il existe trois techniques principales permettant l’autoconsommation : le photovoltaïque, l’éolien et l’énergie hydraulique. Le premier consiste à installer des panneaux solaires afin de recevoir de l’énergie à travers le soleil, le second permet d’obtenir de l’énergie par le vent grâce à l’installation d’une éolienne domestique et le troisième utilise les courants de l’eau pour actionner une turbine qui produit alors de l’énergie. L’hydrolien est la technologie la moins répandue chez les particuliers, mais des entreprises innovent afin de la rendre plus accessible.

La plupart des particuliers ont une installation de panneaux solaires, mais l’énergie éolienne reste la plus connue pour les Français : c’est la première source d’énergie qu’ils citent quand on leur parle d’énergie verte. L’éolienne domestique prend petit à petit de l’ampleur, d’autant plus qu’elle s’accorde très bien avec une installation photovoltaïque pour une complète autonomie énergétique. Des régions, par la teneur de leurs vents, sont particulièrement propices à l’énergie éolienne : de la Vendée jusqu’au Pas-de-Calais (façade ouest du pays), la vallée du Rhône et la côte languedocienne.

Le petit éolien

J’ai donc décidé de relever le défi de la consommation verte en sélectionnant l’énergie éolienne. L’hydrolienne ne m’était pas accessible, étant donné que je ne vis pas près d’un cours d’eau. Le photovoltaïque est un projet que je mets de côté pour l’avenir, si jamais je voulais devenir complètement indépendante énergétiquement. Cette énergie nécessite de gros travaux alors que mon envie était d’abord de réaliser un test, qui ne demandait pas un gros budget.

Après avoir cherché plusieurs informations sur les éoliennes domestiques afin de faire mon choix de manière éclairée, j’ai décidé de me tourner vers une éolienne en kit doté d’un système d’installation très simple : il suffit de le brancher à une prise de courant classique. Grâce à un onduleur réseau, mon éolienne se synchronise automatiquement avec mon installation et injecte directement de l’électricité. En conclusion, je vous conseille fortement de devenir aussi un acteur de la tendance de l’autoconsommation ! Je réalise désormais des économies, tout en préservant ma planète.

Derniers articles

Articles similaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici