Masques en tissu

Je n’arrive pas à respirer avec mon masque, que faire ?

Depuis plusieurs mois, nous sommes tous obligés de porter un masque, à cause du coronavirus. C’est un élément essentiel pour se protéger soi et les autres. Au début, j’ai cru que cette situation n’allait pas perdurer, mais nous voici déjà au deuxième confinement ! Je me suis dit que c’était l’occasion idéale d’en apprendre plus sur le masque, mais aussi de vous donner quelques conseils pour lutter contre un fâcheux désagrément. En effet, j’ai beaucoup de mal à respirer sous mon masque et je ne dois sûrement pas être la seule !

Innovation : les masques réutilisables qui permettent de mieux respirer

À chaque fois que je sors dehors, je marche à peine quelques minutes et j’ai l’impression d’étouffer. Pour pallier ce problème, j’ai décidé de me renseigner sur les masques qui garantissaient une bonne respiration. Exit ceux qui collent à la bouche, je voulais un masque qui m’accompagne au quotidien et me protège, mais sans m’empêcher de respirer !

J’ai trouvé la perle rare grâce à des passionnés de parapentes, Xavier Beauvallet et Nicolas Baldeck. Ils proposent le masque « Mont Blanc » : il est lavable (réutilisable dix fois) tout en n’étant pas en tissu et il offre une meilleure qualité de protection que les masques chirurgicaux avec une filtration de 97 %. Le secret réside dans leur fabrication : l’entreprise utilise des matériaux aux propriétés électrostatiques, validés par la Direction Générale de l’Armement (DGE). Ils permettent à l’air de passer librement tout en bloquant les particules grâce à l’électricité des fibres. On peut ainsi respirer sans aucun problème (il est en moyenne 4 à 6 fois plus respirant que ses concurrents) et il n’y a plus de souci de buée pour les porteurs de lunettes.

Cerise sur le gâteau : c’est une marque française ! Les fondateurs sont Isérois et fabriquent leurs masques dans leur atelier de parapente qui se situe tout près de Grenoble. Je ne suis pas la seule à avoir été séduite par leur masque : après cinq mois à réfléchir et mettre en oeuvre leur concept, les deux autodidactes fabriquent désormais plusieurs milliers de masques par jour. Plusieurs coloris sont disponibles, toutes les fashionistas peuvent donc être rassurées !

Découvrez dès maintenant le masque Mont-Blanc et soutenez une entreprise française !

Masque qui permet de mieux respirer
Commandez directement sur : www.masque-montblanc.fr

Pourquoi est-ce indispensable de porter un masque ?

On est souvent confus quant au port du masque, on ne sait pas vraiment pourquoi il est si important. Avec mes problèmes de respiration, j’ai été tenté de le porter le moins possible. Mais un de mes amis médecins m’a vite rappelé à l’ordre ! En effet, le masque est indispensable. Il stoppe les gouttelettes (comme les postillons par exemple) qui peuvent être porteuses du coronavirus. Lors d’une conversation, on peut être emmené à en projeter si l’on discute, éternue ou tousse. Si la personne est infectée, elle va transmettre le coronavirus à l’autre car il va inhaler ces gouttelettes et donc par la suite, déclencher à son tour la maladie.

Ainsi, en portant le masque, vous protégez votre santé mais aussi celle de votre entourage. Le Covid-19 est très contagieux : sans mesures de protection, une personne infectée peut en contaminer trois autres. On peut, de plus, ne subir aucun symptôme tout en étant porteur du virus ! Même si vous semblez en bonne santé, vous ne devez pas arrêter de le porter.

Que choisir entre un masque jetable et un masque réutilisable ?

Pour l’ensemble des professionnels de la santé, l’efficacité du masque chirurgical est plus importante que le masque en tissu. Il permet de filtrer 95 % des particules, contre 70 à 90 % pour son rival. Cependant, le masque lavable est tout à fait adapté au public dans le cadre d’une protection collective dans laquelle tous les gestes barrières sont bien appliquées. Le masque Mont Blanc, par contre, est l’un des seuls masques réutilisables qui garantit la même protection, voir même meilleure, que les masques chirurgicaux.

Le masque en tissu est plus économique de manière générale, car il est lavable donc réutilisable. Le masque chirurgical doit être remplacé après seulement 4 heures consécutives et à condition qu’il n’ait pas été humidifié par des éternuements. Le masque en tissu peut être porté une trentaine de fois avant d’être changé. Si l’on suit cette base, le calcul est simple : pour une personne seule, le coût d’une protection par masque chirurgical s’élève en moyenne à 30 euros par mois (50 centimes d’euros l’unité), contre 12 euros par mois pour une protection par masque réutilisable (6 euros l’unité environ).

Il est important de prendre en compte que les masques jetables ont un impact écologique très négatif : en plus d’être fabriqués en plastique, ils ne sont pas recyclables. C’est donc encore le masque en tissu qui s’en sort gagnant pour cette fois. Cependant, les fabricants assurent réfléchir à une solution plus écologique pour l’année prochaine concernant les masques chirurgicaux, notamment en installant des filières de recyclages adaptées.

Enfin, côté confort, le masque chirurgical est généralement plus respirant ! Certains masques réutilisables peuvent s’avérer confortables, mais pour la majorité, ils le seront moins que les masques jetables. Vous pouvez choisir de privilégier un peu plus d’esthétique, au détriment du confort. Les masques en tissu, par leurs nombreuses déclinaisons, peuvent devenir de véritables accessoires de modes. On les a d’ailleurs vus sur les podiums des grandes maisons de couture. Je n’hésite pas à accorder les miens à ma tenue du jour ! Vous pouvez même les coudre vous-même avec vos tissus préférés.

Bien entretenir son masque lavable

Le masque en tissu est réutilisable, mais cela ne veut pas dire qu’on peut le porter des heures durant, sans se préoccuper de rien ! En effet, comme les masques chirurgicaux, sa durée d’efficacité ne dépasse pas les 4 heures. Il faut donc le laver après chaque utilisation. D’autant plus que le coronavirus a une durée de vie de deux jours sur les tissus ! N’oubliez pas aussi d’inspecter régulièrement votre masque : si jamais il présente des signes d’usures ou qu’il est endommagé, vous devez le jeter, en prenant soin de le mettre dans un sac plastique au préalable.

Comment laver son masque ?

Pour laver votre masque en tissu, vous devez le passer à la machine après chaque utilisation à une température de 60 degrés et dans un cycle d’au moins 30 minutes. Ce sont ces conditions idéales qui vont assurer que toutes les traces du virus seront détruites, selon l’Association française de normalisation (AFNOR). Cependant, pour l’Académie nationale de médecine, il est aussi possible de le laver à la main avec un détergent ou en machine à 30 ou 40 degrés, ce qui permet de le mettre avec d’autres vêtements, des draps, des serviettes, etc. Il ne faudra pas oublier d’autodésinfecter de temps en temps sa machine en faisant un cycle à vide à une température de 90 degrés.

La technique pour laver son masque à la main

J’ai décidé de laver de temps en temps mon masque à la main, par un souci d’économie d’eau. C’est un procédé efficace, à condition de bien respecter trois étapes. Il faut d’abord nettoyer son masque en tissu dans son évier (ou une bassine propre) avec un détergent. De mon côté, j’utilise un peu de ma lessive, mais vous pouvez aussi prendre du savon ou du liquide vaisselle. Il faut bien éliminer toutes les souillures en le brassant dans l’eau pendant plusieurs minutes. Mais attention, ne le frottez pas ! Cela pourrait user les fibres du tissu et donc altérer son efficacité.

Une fois cette étape terminée, vous devez le faire tremper dans de l’eau chaude (une température supérieure à 40 degrés) pendant une demi-heure. Il ne reste plus qu’à rincer votre masque à l’eau claire puis à le faire sécher à l’air libre, au sèche-linge ou bien au sèche-cheveux (à une température pas trop élevé et dans un environnement propre).

Ce qu’il faut retenir aussi, c’est qu’il ne faut pas laver votre masque dans une casserole d’eau bouillante ni à la vapeur. N’espérez pas non plus tuer les agents viraux en le mettant au congélateur, cela ne servira à rien. Ne mettez jamais de produits chimiques sur votre masque, même un spray désinfectant : non seulement vous allez vous retrouver à inhaler une substance toxique mais, en plus, cela va altérer les capacités de filtration.

Est-ce que je peux repasser mon masque ?

Si vous souhaitez une désinfection au top, vous pouvez repasser votre masque à 120 degrés. C’est une température très élevée qui permet de détruire les virus. Attention cependant à bien vérifier au préalable que votre masque a été conçu pour supporter une telle chaleur. Pour le savoir, il faut regarder l’étiquette de votre masque : elle doit présenter un symbole de fer à repasser encerclant un ou deux points. Bien évidemment, repasser votre masque ne se substitue en aucun cas à son lavage.

Conseils et solutions pour mieux respirer en portant un masque

Avant toute chose, il est possible que vous soyez tout à fait apte à respirer avec un masque, mais que, tout simplement, celui que vous avez actuellement n’est pas adapté. Pour vous assurer de la viabilité de celui-ci, vous pouvez réaliser le test de la bougie. Placez une bougie allumée devant vous et mettez votre masque. Si lorsque vous soufflez dessus, elle s’éteint, alors votre masque n’est pas assez filtrant. Si, par contre, la flamme ne bouge absolument pas, alors celui-ci est trop filtrant ! C’est ce qui explique votre problème de respiration. Il faudra donc que vous vous tourniez vers d’autres types de masques avec lesquels vous vous sentirez mieux.

Gérer votre respiration

Le conseil paraît bête mais en réalité il faut y penser : il est préférable de respirer par le nez, plutôt que par la bouche. Vous allez moins ressentir cette sensation d’étouffement du tissu sur votre bouche, mais vous allez aussi gagner en confort en générant moins de chaleur et d’humidité à l’intérieur de votre masque. Il est aussi préférable de respirer doucement, avec de longues inspirations et expirations.

Si vous ressentez une sensation d’étouffement vive et désagréable lorsque vous portez votre masque, il faut que vous fassiez une pause. Vous pouvez suivre cette méthode pour calmer la situation : inspirez d’abord profondément pour ensuite expirer en relâchant complètement votre ventre trois fois de suite. Asseyez-vous ensuite sur une chaise qui vous parait confortable et fermez les yeux pendant quelques minutes. C’est le moment d’imaginer dans votre tête un endroit calme et reposant. J’utilise cette technique régulièrement et elle m’a aidé à enlever mon stress et cette impression d’étouffer très désagréable !

De mon côté, la petite astuce que j’utilise, c’est de manger un bonbon à la menthe. Ça m’aide à me concentrer sur mon souffle et à moins privilégier la bouche lors de ma respiration. En plus, la fraîcheur que dégage la menthe suit ma respiration et je sens beaucoup mieux l’air circuler dans ma bouche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *