J'ai arrêté le tabac

Moi(s) sans tabac. Et toi ?

Alors je ne sais pas ce que ça a donné pour vous autres fumeurs, mais je me suis adonnée au Moi(s) sans tabac… et j’ai réussi ! Bon d’accord, je n’étais pas une grosse fumeuse, mais mine de rien je fumais le double d’il y a 3 ans et j’avais peur que ça continue à évoluer. Retour sur mon expérience.

Des outils utiles

Alors comme le voulait la procédure, je me suis inscrite sur tabac-info-service en octobre pour recevoir mon kit. Ce que j’ai préféré c’était le guide sur le stress. Je le trouve très utile même pour les non fumeurs, car le stress touche tous le monde, et prendre le temps de respirer correctement par exemple, je pense que c’est un bon exercice pour tous. L’agenda n’était pas mal non plus, mais j’ai préférer ne pas le mettre en un endroit visible, car en le voyant le matin en me levant, ça me faisait tout de suite penser à la cigarette, alors que en général je n’y pense pas avant la digestion de début d’après-midi.

Le badge était sympa aussi, mais même problème, ça t’attire plus de fumeurs que de non-fumeurs, et ça ne m’a pas facilité les choses en sorties le soir. Du coup je l’ai posé sur mon bureau au boulot plutôt que de le porter constamment. Quant au livret, il n’est pas mal si on a jamais arrêté de fumer, mais sinon, on y retrouve le même topo que d’habitude. Et puis la roue des économies, bon, pour moi, ça n’en valait presque pas la peine vu le peu que je fumais.

Lire aussi : Un peu de sport pour retrouver la ligne avant l’été

Les moments difficiles

Alors ce qui a beaucoup aidé, c’est que je me suis inscrite avec un ami. Ou plutôt je lui ai demandé s’il avait envie de participé et je l’ai inscrit à sa place. Du coup on s’est mis d’accord, et à chaque fois qu’on avait envie de fumer, on s’envoyait un message en demandant ce que l’autre faisait. Le temps de se raconter nos activités du moment, l’envie avait déjà passé. Mais le plus dur c’était après les gros repas et lors des sorties. Pour l’après repas, je me suis procurée des bâtons de réglisse. C’est ce que mon oncle utilisait quand il a arrêté de fumé et c’est pas trop mal, ça fait saliver, ce qui aide à la digestion, et ça occupe la bouche.

Pour les sorties par contre c’est pas top, car réglisse et bière ne vont pas très bien ensemble. Du coup j’ai tous simplement préféré aller au bar plutôt que chez les copains, car comme il fait froid, c’est plus facile de rester à l’intérieur du bar pour ne pas fumer. J’espère que l’expérience a été autant un succès pour vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *