Belgrade

Je suis partie en Serbie : parler anglais m’a été bien utile !

On m’avait parlé du Noël serbe l’année dernière, et j’étais très curieuse de voir à quoi cela ressemblait. Il a eu lieu le 7 janvier,  car dans les pays orthodoxes, on célèbre la naissance du Christ selon un calendrier différent. Ne parlant pas slave, j’appréhendais mon petit séjour. Je vous raconte tout dans cet article.

Heureusement que je suis partie avec des amis

Le voyage n’a pas été très long en avion, rien de particulier à signaler. Lors de l’arrivée à l’aéroport Nikola-Tesla à Belgrade, j’ai suivi les amis qui m’accompagnaient. En effet, je suis partie avec un couple d’amis proches (Zlatko et Tatjana) qui venaient rendre visite à leur famille. J’avais hâte de faire la fête avec eux et de partager des moments avec leur famille, afin de découvrir leur culture.

Cependant, il est vrai que je ne parle pas la langue serbe. Ayant suivi des cours d’anglais privé auparavant, je me débrouille et j’ai toujours réussi à m’en sortir. C’était la première fois que je me rendais dans un pays des Balkans, j’ai donc été assez surprise. Je me suis sentie rapidement déstabilisée, comme une enfant de deux ans, lorsqu’on m’adressait la parole. Afin de rester polie, je souriais niaisement. Il est vrai que je ne me sentais pas très à l’aise.

La fête de famille

Après avoir loué une voiture à l’aéroport, nous sommes arrivés dans un petit village nommé Deliblato, c’est ici qu’habite la famille de Zlatko. Ce fut pour moi un dépaysement total. Mes amis m’ont présenté chaque membre de la famille. J’étais un peu perdue, surtout lorsqu’il s’agissait de mémoriser tous les prénoms. Heureusement, j’ai appris dans l’avion quelques termes d’usage : dire bonjour, me présenter et dire merci.

Cependant, lorsque les festivités ont commencé, je me suis sentie un peu seule. La cousine de Zlatko avait à peu près mon âge et je fus soulagée, lorsque j’ai compris qu’elle parlait anglais. En effet, elle m’a expliqué que certains films et certaines séries télévisées ne sont pas traduites en serbe. Elle a donc appris l’anglais, grâce aux versions originales sous-titrées. On a pu discuter, et j’ai donc réussi à m’intégrer dans le tableau familial.

Parler anglais : une nécessité lorsqu’on voyage

Lors de mon séjour en Serbie, j’ai compris l’importance de pouvoir communiquer avec les personnes qui nous entourent. En effet, lorsqu’on voyage, il n’est pas évident de se faire comprendre. L’anglais étant la deuxième langue la plus parlée au monde, il peut être pratique de prendre quelques cours, afin de savoir se débrouiller seule. Si je n’avais pas été accompagnée de mes amis, je n’aurais même pas su comment louer la voiture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *