Un magicien faisant apparaître des colombes

D’extraordinaires magiciens

La semaine dernière, mon amie Marie est allée voir un spectacle de magie absolument fascinant selon elle. Elle m’a longuement raconté à quel point elle a été subjuguée par ces illusionnistes tant et bien que je lui ai demandé la permission de partager son ressenti avec vous.

Une troupe multiculturelle

Marie a donc déboulé chez moi jeudi dernier pour me raconter sa sortie de Noël en famille, un spectacle de magie absolument phénoménal selon elle. Plusieurs magiciens de nationalités différentes réunis pour faire croire à l’impossible.

Elle me racontait que cette diversité de nationalités traduisait une multiculturalité intéressante car chacun leur tout apportait son propre style et le mélange de leurs techniques lors des quelques numéros réalisés ensemble rendait le spectacle vraiment complet et consistant.

Des tours impressionnants

Elle me décrivait ainsi les meilleurs tours de la soirée, dont un qui faisait apparaître des séries de cartes à répétition dans ses mains, tellement de fois d’affilée qu’il était absolument impossible qu’il les ait cachées dans ses manches au préalable selon elle.

Un autre a pratiqué un tour d’apnée époustouflant, plongé dans une cuve à eau pendant plus de trois minutes sans respirer. De quoi couper le souffle ! Ça m’a un peu rappelé le spectacle de Magic Elites que nous étions allé voir à Bordeaux l’an dernier.

Le public mis à l’épreuve

Mais celui qu’elle a préféré, c’était un qui invitait les spectateurs à deviner son secret en restant en contact avec eux tout au long de ses tours.

Par exemple, il s’asseyait sur une chaise surélevée puis se faisait recouvrir d’un drap blanc à travers lequel ses deux mains dépassaient par des trous découpés au préalable, puis deux de ses collègues enlevaient le drap et pouf, disparu ! « Ses mains étaient pourtant bien visibles jusqu’au dernier instant et la chaise étant surélevée, il était impossible qu’il ait disparu par une trappe », m’assurait Marie.

Puis il réapparaissait un instant plus tard tranquillement assis sur une chaise sur le côté de la scène jusqu’alors dans la pénombre et demande narquoisement si le public avait des questions. Bien sûr, quelqu’un demande comment il a fait et bien qu’il ne donne pas la réponse exacte, il guidait le public à travers une réflexion logique.

« On a alors l’impression d’être mis dans la confidence, mais il se dérobait à chaque fois et nous nous rendions compte qu’il nous menait par le bout du nez ! », se désolait Marie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *