Illustration pour taux de crédit

Erreur de la banque en votre faveur !

Sur les conseils de mes grands-parents, des amis à eux sont allés consulter un conseiller financier. Ils voulaient des informations sur un éventuel rachat de crédit. Vous ne devinerez jamais la bonne surprise qu’ils ont eue.

Le TEG, mention obligatoire

Le conseiller leur a expliqué qu’un dossier de prêt doit obligatoirement mentionner le TEG, Taux Effectif Global du crédit. C’est le coût réel du prêt, qui est en fait un peu plus élevé que celui calculé avec les taux affichés sur les publicités. La banque a l’obligation légale de faire apparaître ce TEG, qui prend en compte l’intégralité des frais, à savoir : les intérêts, les frais de dossier, les commissions, le coût des garanties, les frais et cotisations d’assurance, les frais d’actes, les impôts et taxes.

Quand le TEG est manquant ou erroné

En étudiant leur dossier de prêt pour une éventuelle révision du taux, il a décelé une erreur avec une TEG erroné. Il les a invités à consulter un cabinet d’expertise pour approfondir les recherches et évaluer les chances d’aboutir à un dédommagement de la part de la banque. Ils se sont exécutés sans se faire prier, vous pouvez me croire ! Résultat ? Non seulement ils vont pouvoir renégocier leur crédit immobilier à un meilleur taux, mais en plus, l’erreur repérée par le conseiller financier était de l’ordre de celles qui donnent droit à un remboursement du trop-perçu par la banque, qui va devoir les dédommager.

Être vigilant et relire son contrat de prêt

Quand on sait que ce genre d’erreur concerne environ 70% des contrats de prêts immobiliers, ça donne envie de mettre son nez dans ses papiers. Imaginez ! 7 chances sur 10 qu’il y ait une erreur dans votre dossier. Ça veut dire sept chances sur dix de récupérer de l’argent, sachant que ça peut se chiffrer en milliers d’euros. Bien sûr, avant d’en arriver là, il faut soigneusement étudier ou faire étudier son dossier et, une fois l’erreur avérée, il faut engager des poursuites. Pour remporter l’affaire, il faut un dossier solide. En plus, ce genre d’erreur n’est pas facile à repérer pour un oeil non averti, aussi est-il conseillé de prendre avis auprès d’un expert qui, en plus d’avoir l’oeil, saura vous accompagner dans la constitution de votre dossier et tout le temps que dureront les poursuites.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *