Le quartier du Marais

Comment la loi Malraux a sauvé le quartier du Marais

J’ai décidé d’aller passer un week-end à Paris. Comme je ne connais pas bien la capitale, j’ai préféré me documenter, histoire de savoir où j’allais mettre les pieds. Au fil de mes recherches, un quartier a fini par éveiller ma curiosité. C’est décidé, pour mon week-end à Paris, je veux aller dans le quartier du Marais.

Un quartier autrefois délabré

C’est l’histoire de ce quartier qui m’a fascinée. Car si, aujourd’hui, le Marais est un quartier branché, ça n’a pas toujours été le cas. Saviez-vous qu’il y a près de soixante ans, ce quartier était complètement tombé en décrépitude et menacé de destruction ? Sur des photos de l’époque, on voit des façades délabrées, des immeubles noircis et des taudis insalubres qui côtoient les ateliers d’artisans et les commerces. C’est principalement grâce au journal Le Figaro que le quartier a pu être sauvé. En effet, pendant les années 50 et 60, le quotidien a régulièrement mis ses colonnes à contribution pour alerter l’opinion et lancer des appels à sa préservation.

L’origine de la loi de sauvegarde du patrimoine

L’opinion publique sensibilisée se mobilisa et des pétitions furent envoyées au ministre des affaires culturelles de l’époque, André Malraux, qui promulgua alors la fameuse loi, qui porte d’ailleurs son nom. Le quartier du Marais est ainsi le premier quartier à avoir bénéficié de la loi Malraux, qui lui doit donc sa création et qui lui a permis de voir de nombreux travaux de rénovation.

Une rénovation pour préserver le patrimoine historique

Jusqu’alors, les avis étaient partagés concernant la marche à suivre. Entre les partisans du “Démolir pour tout reconstruire” et ceux qui souhaitaient préserver le patrimoine et la personnalité du quartier, l’architecte Albert Laprade choisit la voie de la rénovation. Les monuments historiques étant déjà protégés, le but de la loi, de l’inventaire général du patrimoine culturel et le Plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV) était plutôt de protéger la cohérence architecturale du quartier, de préserver son âme, incluant les immeubles d’habitation dans le plan de sauvegarde. C’est un double objectif, «conserver le patrimoine architectural et historique et améliorer les conditions de vie et de travail des Français», qui a guidé les architectes pour toute la durée de la rénovation.

J’ai hâte de voir le résultat de mes propres yeux et d’aller m’y balader. D’ici là, il faut que je peaufine l’itinéraire de mon séjour et la liste des endroits à visiter. Si vous avez un quartier sympa à me recommander, les commentaires sont ouverts !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *