Un débutant doit s'initier avant de se lancer dans la bourse

Comment investir en bourse quand on n’y connait rien ?

Alors, il paraît que c’est la reprise, peut-on lire et entendre partout. Qu’il faut investir pour en profiter. Le problème, si on n’a qu’un malheureux livret A comme moi, c’est de savoir si on est vraiment taillée pour ce genre d’aventure dans les placements et la bourse. J’ai pris quand même la peine d’en parler avec mon oncle qui boursicote régulièrement et je me permets de vous livrer les quelques conseils qu’il m’a fait.

S’initier un minimum

Tout d’abord, comme mon oncle sait très bien que je suis une quiche dans tout ce qui est chiffres, il m’a vivement incité à ce que je me forme sur les principes de la Bourse et de son fonctionnement. Il m’a même conseillé un site très complet sur le sujet, accessible aux débutantes comme moi qui n’y connaissent rien à la base.

On y apprend qui sont les courtiers, les différentes sortes de livrets, un récap des notions sans doute abordées en cours de maths, mais complètement oubliées depuis, comme la différence entre la moyenne arithmétique et géométrique. Il y a même un dossier sur le risque très intéressant.

Bref, tout ça pour dire qu’on ne peut pas se lancer dans la Bourse en débarquant comme une fleur.

Restez dans les domaines connus

Son deuxième conseil a été de me dire qu’il fallait que je n’essaie pas d’investir dans des domaines que je ne connaissais pas ou connaissais mal. Si on ne connaît rien à la sidérurgie et à l’univers de l’industrie lourde en général, il était préférable de ne pas s’y risquer. Il est important d’investir dans ce que l’on comprend. Çà peut restreindre certaines envies d’exotisme et d’aventures, mais c’est beaucoup plus prudent. J’ai été un peu déçue par sa réponse au début, car je ne suis experte dans aucun domaine. Mais finalement, après réflexion, il y a quand même des choses sur lesquelles on a forcément une petite expertise. Comme les fringues et les chocolats !

Vieilles sociétés plutôt que des startups

Du coup, je me suis dit que je pourrais peut-être regarder du côté des startups dans le domaine de la mode. Mais là encore, mon oncle est intervenu en me prévenant que ce serait sans doute une mauvaise idée. Pourquoi ? Et bien selon lui, la plupart des startups sont vouées à disparaître au bout d’un an ou deux. Beaucoup sont au final des coquilles vides et qu’y investir nécessite une longue expérience d’investisseur. En gros, c’était pas pour moi. Il m’a plutôt conseillé de me rabattre sur les bonnes grosses marques connues de tout le monde. Au moins, en cas de crise ou de turbulences économiques, elles ne risquent pas de disparaître du jour au lendemain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *