Mon vieux chat malade

Les chats aussi peuvent avoir le sida

C’est là une bien triste nouvelle que j’ai à vous annoncer aujourd’hui. J’ai emmené mon chat chez le vétérinaire hier, et elle m’a appris avec regret que mon chat avait le sida ! J’ai cru au départ que c’était une blague, mais non, les chats peuvent bel et bien attraper le sida eux aussi.

Les symptômes d’une maladie qui traîne

J’ai d’abord expliqué à ma vétérinaire que mon chat vomissait régulièrement et qu’il avait les yeux qui coulaient. Comme il est assez âgé, je ne me faisait pas plus de soucis que ça, mais après l’avoir examiné, elle m’a demandé s’il avait maigri tout en se nourrissant plus souvent, et en y repensant, je me suis rendue compte qu’elle avait raison. Elle m’a aussi demandé s’il avait le museau chaud et des ganglions plus gros que d’habitude, mais je n’ai pas su répondre.

Comme me l’expliquait ma vétérinaire, il est impossible de savoir quand mon chat s’est fait contaminer, car l’incubation a pu durer plusieurs années selon elle. En gros, c’est comme le sida chez les humains : on peut attraper la maladie, mais rester séro-négatif pendant plusieurs années avant que les premiers symptômes se déclarent. On appelle alors ça séro-positif. Malheureusement, la maladie reste contagieuse pendant ce temps, chez les chats aussi.

Lire aussi : J’ai décidé de prendre un chien

Causes et conséquences

La différence avec les humains pas contre, c’est que cette maladie ne se transmet pas seulement par le sang ou les rapports sexuels, mais aussi par la salive, et donc par morsures. Eh oui, bien que castré, mon chat se bat régulièrement pour protéger son territoire qui est mon jardin !
En gros, cette maladie consiste en une malfonction du système immunitaire, c’est-à-dire que le corps n’arrive plus à se défendre de lui même. C’est pourquoi il va attraper toutes les maladies possibles et imaginables. Infections comme la conjonctivite, ou encore gastrite, ce qui provoquait ses vomissements.

Lire aussi : Visite à la SPA, craquage sur un lévrier irlandais

Pas de traitement possible

La grande tristesse a été quand ma vétérinaire m’a annoncé qu’il n’y avait pas de remède. Ou plutôt qu’il y en a, mais des très lourds et qui ne sauveront pas mon chat. Quel intérêt ! Je lui ai demandé si c’était une maladie courante et comment font les gens qui ont un chat atteint, elle m’expliquait que ça arrive de temps en temps et qu’on ne peut pas y faire grand chose. En général les gens ont recours à l’euthanasie. Je me suis donc donné une semaine pour y réfléchir et profiter de mon chat, mais je ne pense pas pouvoir le laisser souffrir trop longtemps et je vais sûrement faire de même. Paix à son âme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *